affiche fonck petit.bmp

La nuit du 16 au 17 mai 2018, une camionnette transportant une trentaine de migrants tente d’échapper à un contrôle policier. Mawda, une enfant d’origine Kurde, âgée de 2 ans, est avec d’autres enfants dans le véhicule. Au terme d’une poursuite de plusieurs kilomètres sur l’autoroute, la police fait feu sur les fugitifs et tue Mawda.

« Mawda était sans doute une enfant ordinaire. L'exil de ses parents, un exil ordinaire. Le policier qui a tiré, un policier ordinaire. Les journalistes qui ont rapporté la version de la police, des journalistes ordinaires. Les avocats qui défendent et les magistrats qui jugent, ordinaires eux aussi. Les citoyens qui ont pendu des vêtements d'enfant à leurs fenêtres, des citoyens ordinaires. Ceux-là peut-être même qui marchaient vêtus de blanc, il y a vingt-cinq ans, parce qu'ils répugnent l'ordinaire de petits enfants tués.

 

Et c'est en comédiens, en sortant de leur ordinaire, que ces citoyens, par leurs voix et leurs corps engagés, dépouillent ce même ordinaire de son horreur et placent celle-ci au centre de la scène. Et ils créent l'hétérotopie de l'horreur extra-ordinarisée. » Sibylle Gioé, avocate

Distributions

Avec : Elodie Roman, Benjamin Vrancken

et la participation d’Adam Omar et Pauline Ansay

 

Musique originale : José Gioé

Costumes : Marie-Hélène Tromme

Lumières et Régie générale : Guillaume van Derdon

Scénographie et mise en scène : Jean Vangeebergen

 

Production : zü Klub /  Accord’Art

Coproduction : Arsenic 2, Théâtre de la renaissance

Soutien : En Cie du Sud, CC des Chiroux et Le Manège Fonck

Affiche : Benjamin Hiffe

Plus d'infos :

0493/72.95.08

Réservations : www.lesfilsdehasard.com